La moitié des PME belges utilisent le cloud (sans le savoir)
24/04/2014
Les usagers du cloud comptent investir davantage ; les non-utilisateurs demeurent dans l’expectative

Anvers - Les PME belges adoptent progressivement de nouvelles technologies. Parmi elles, l’informatique en nuage (“cloud computing”).... même si cette utilisation est souvent inconsciente. Aujourd’hui, 51% des PME interrogées disent avoir recours au cloud, que ce soit pour l’une de leurs applications, pour leur infrastructure, voire pour les deux. Même si le nombre de nouveaux utilisateurs ne devrait guère progresser en 2014, les dépenses des utilisateurs, elles, augmenteront de 22%. Rien d’étonnant à cela: trois-quarts de PME interrogées qui ont recours au cloud confirment en effet en tirer un avantage concurrentiel. Les non-utilisateurs, de leur côté, semblent encore avoir des appréhensions. Et ce, même si le cloud s’insinue, chez eux aussi, parmi les six principaux thèmes qui figurent à leur agenda. L’analyse de leur liste de priorités IT le démontre.

Tels sont les principaux enseignements d’une vaste enquête qu’a menée le bureau d’études gantois Ipsos à la demande d’ASPEX. L’enquête a été effectuée, fin février 2014, auprès de 423 PME belges appartenant aux catégories TPE/“pico-entreprises” (de 1 à 9 employés), micro-entreprises (de 10 à 19 collaborateurs) et petites entreprises (de 20 à 50 employés).

Les grandes PME, plus promptes à adopter la technologie

Si on analyse les technologies déjà utilisées, on constate que les PME qui comptent plus de 20 collaborateurs bénéficient d’une longueur d’avance. En matière d’infrastructure, elles utilisent plus souvent que les autres un mélange de serveurs internes et de ressources d’infrastructure serveur hébergées en externe: la proportion est de 46% dans cette catégorie contre 28% du côté des pico-entreprises et 25% chez les micro-entreprises. Le même phénomène se produit dans le domaine des logiciels. Six PME sur dix qui emploient plus de 20 personnes font d’ores et déjà usage d’applications que l’on peut considérer comme l’épine dorsale d’une entreprise. A savoir: CRM, ERP, BI (Business Intelligence) et CM (Content Management). Seules un quart des pico-entreprises et quatre micro-entreprises sur dix disposent d’une de ces applications.

Les convaincus et les non-croyants

Le “cloud computing”, lui aussi, a obtenu droit de cité. Et ce, même si ce concept n’est encore concret qu’aux yeux d’une minorité. C’est ainsi que seule une personne interrogée sur quatre dit savoir avec précision ce qu’implique l’“informatique en nuage”. Cela n’empêche toutefois pas 40% des PME d’en retirer un avantage concurrentiel. Les sociétés qui utilisent d’ores et déjà le cloud sont également celles qui y voient le plus d’avantages: 74% d’entre elles sont convaincues que le cloud computing portera ses fruits. Les entreprises qui n’ont pas encore recours à des services en nuage sont moins optimistes: à peine 39% d’entre elles croient que le cloud computing est source d’avantages.

Les agendas IT confirment un certain flou en matière de cloud

L’enquête s’est également intéressée aux priorités IT que se sont fixées les PME. La mise à jour de leur parc informatique (29%) figure en première place de leurs préoccupations, suivie par la modernisation de l’infrastructure et des dispositifs de sécurité (16%), l’extension de l’infrastructure existante (10%), les investissements en mobilité (9%), l’adaptation des logiciels de gestion (7%) et un alignement cohérent entre IT et métier (5%).

Même si des applications cloud peuvent jouer un rôle important dans chacune de ces six priorités IT, l’informatique en nuage proprement dite occupe une lointaine position sur la feuille de route des PME. “Cela prouve une nouvelle fois que le cloud computing demeure un concept vague et obscur pour la majorité des PME”, confirme Petro Aerts, business unit manager chez ASPEX Belgique. “Heureusement pour elles, sept PME sur dix peuvent compter sur un consultant IT, un revendeur PC ou un prestataire de services informatiques pour répondre à leurs besoins IT. Il revient donc à ces acteurs, ainsi qu’à nous-mêmes, de leur faire clairement valoir les avantages et les résultats que peut leur fournir l’informatique en nuage. Et de les leur présenter comme étant à tout le moins une option à envisager.”

Les dépenses progressent, le parc d’utilisateurs reste stable

La moitié des PME interrogées (51%) utilisent actuellement une ou plusieurs applications cloud. Si l’on observe le marché du cloud en effectuant une distinction entre services d’infrastructure (IaaS) et services logiciels (SaaS), on constate que 33% des sociétés interrogées ont recours à l’IaaS et 30% au SaaS. Selon les estimations, le nombre d’utilisateurs IaaS devrait progresser de 6% en 2014 et celui des usagers SaaS augmenter de 4%. On relève par contre une évolution plus prononcée du côté des dépenses planifiées en matière de cloud computing: + 22% en 2014.

Toutefois, des différences se font clairement jour selon la taille des PME. Les pico-entreprises qui emploient moins de 10 collaborateurs augmenteront de 48% leurs investissements en services logiciels (SaaS). Les petites entreprises, qui emploient de 20 à 50 collaborateurs, consacreront quant à elles 42% plus d’investissements en services d’infrastructure (IaaS). “Il y a là une explication très simple”, déclare Petro Aerts, business unit manager chez ASPEX Belgique. “Les pico-entreprises recherchent avant tout des avantages fonctionnels. A savoir, un bon logiciel qui réponde à leurs besoins sans imposer de maintenance. Les sociétés qui comptent plus de 20 employés sont, pour leur part, en quête de solutions qui leur permettent de gérer leur infrastructure serveur à moindre coût et de manière plus efficace. Elles se caractérisent en outre par un parc deux fois plus important que celui des pico-entreprises ou des micro-entreprises, que ce soit en nombre d’ordinateurs portables ou d’utilisateurs mobiles.”

Au registre des solutions d’infrastructure confiées au cloud, les favorites sont la sauvegarde dans le cloud (16%), la sécurité (14%) et les bases de données (13%). Le concept SaaS semble surtout être apprécié pour des fonctions de partage de fichiers (19%), des applications comptables (17%) et des outils de téléconférence (16%). Plus de la moitié des PME préfèrent, en la matière, utiliser les services d’un acteur belge.

Télécharger le whitepaper via ce lien.

Downloads
Media
Le whitepaper PME et Cloud
Infos supplémentaires
Logo
 
Andere talen / Autres langues
 
Contact
Elke De Ridder
PR Consultant
ASPEX
Tim Colman
Customer en Marketing Information Manager
ASPEX
ASPEX, entité du groupe SD Worx, est un Application Service Provider (ASP) qui apporte son soutien aux éditeurs indépendants (ISV) et aux VAR afin de les aider à proposer leurs logiciels en ligne à une clientèle de PME et de grandes entreprises européennes. La société est LA référence Belux en matière de solutions Microsoft Dynamics hébergées. ASPEX est un partenaire Gold de Microsoft et est certifié “Microsoft Software and Services Incubation Center”. Fondée en 2002, la société anversoise emploie 19 personnes et compte des clients renommés, tels que Kluwer, SDE, SD Worx, Protime et Syneton parmi sa clientèle.
Citation Petro Aerts
“La PME a sans doute fait ses premiers pas dans le cloud mais il lui reste pas mal de chemin à parcourir. En particulier, si elle veut surfer, elle aussi, sur la vague de la mobilité.”
A propos d'ASPEX
Aspex, entité du groupe SD Worx, est un Application Service Provider (ASP) qui apporte son soutien aux éditeurs indépendants (ISV) et aux VAR afin de les aider à proposer leurs logiciels en ligne à une clientèle de PME et de grandes entreprises européennes. La société est LA référence Belux en matière de solutions Microsoft Dynamics hébergées. Aspex est un partenaire Gold de Microsoft et est certifié “Microsoft Software and Services Incubation Center”. Fondée en 2002, la société anversoise emploie 27 personnes et compte des clients renommés, tels que Kluwer, SDE, SD Worx, Protime et C-Logic/Unit4 parmi sa clientèle.